Le printemps arrive à grand pas enfin !! Mais avec lui arrive aussi malheureusement un lot de petits parasites indésirables ! Concentrons-nous dans cet article sur les tiques qui sont de plus en plus présentes dans nos régions. Une centaine d’espèces se retrouvent en Amérique du Nord, mais seulement une douzaine affecte l’homme ou les animaux.

On croit qu’avec la plus grande accessibilité au territoire sauvage ainsi que la croissance de certaines populations animales jouant le rôle de réservoir, en particulier le cerf de Virginie et le dindon sauvage, cela pourrait être la cause de l’émergence de certaines infections qu’elles transmettent dans notre région. Les tiques peuvent transmettre plusieurs maladies, dont la maladie de Lyme, l’Anaplasmose et l’Ehrlichiose.

La plus commune et inquiétante dans notre région est la maladie de Lyme. En effet, en 2013, à l’Hôpital Vétérinaire Ste-Agathe, nous avons diagnostiqué des anticorps contre la maladie de Lyme chez 2,5 % des chiens testés; en 2014, le pourcentage a presque doublé, c.-à-d. environ 4,5 % des chiens testés avaient des anticorps contre la maladie depuis 2014 la situation semble s’être stabilisée.

Les tiques sont actives lorsque la température est au-delà de 4°C, c’est-à-dire très tôt au printemps avec l’arrivée des oiseaux migrateurs qui les laissent tomber n’importe où et jusqu’à tard à l’automne. Elles grimpent sur les grands herbes ou buissons en attendant que leur hôte préféré passe à proximité. Elles tendent les pattes antérieures pour s’accrocher. Les tiques ne sautent pas. Une fois sur son hôte, elles se déplacent dans la fourrure pour trouver un site qui leur convient. Les sites qu’elles semblent privilégier sont la tête, le cou et le dos. Elles prendront un à deux jours à s’ancrer solidement avant de prendre leur repas qui durera lui aussi plusieurs jours.

Il n’est pas toujours évident de détecter la présence des tiques sur votre animale ainsi que de reconnaître à quel l’espèce elle appartient. Elles peuvent mesurer à peine 1 mm sous la forme de larve ou nymphe et environ 4 à 6 mm adulte après son repas, gorgée de sang. Malheureusement c’est souvent quand elles sont gorgées de sang que nous les trouvons et elles auront eu le temps de transmettre les infections. C’est pourquoi l’Hôpital Vétérinaire de Ste-Agathe offre depuis quelques années le service d’envoi des tiques prélevées sur les animaux au Laboratoire de Santé publique du Québec. Le laboratoire identifie la tique et vérifie si elle était porteuse de la Borrelia burgdorferi. (Lyme) Cela permet aussi de suivre l’évolution et la propagation de cette maladie. Le service est gratuit, nous ne vous chargeons que le frais d’envoi.

Ce que vous devez retenir : La maladie de Lyme ne peut pas vous être transmise par votre chien ou votre chat. Par contre, si votre animal est exposé aux tiques, il y a de fortes chances que vous soyez vous aussi exposé aux tiques et par le fait même à la maladie de Lyme. Malheureusement, cette maladie est beaucoup plus difficile à diagnostiquer et traiter chez l’humain.

90% des chiens vont développer des anticorps contre la bactérie sans développer des signes cliniques ; les chiens avec une immunité plus faible seront plus à risque de développer la maladie. Les signes de la maladie de Lyme chez le chien sont la fièvre, l’abattement et une douleur articulaire qui se manifeste par une boiterie ; dans de rares cas, les chiens développeront des signes neurologiques ou une maladie rénale. On peut facilement vérifier la présence d’anticorps par une prise de sang analysée directement à notre Hôpital Vétérinaire.

Suite à l’analyse des plus récentes études et de la situation dans notre région, l’Hôpital Vétérinaire Ste-Agathe recommande :

  • Un dépistage sanguin annuel (à partir du premier avril) pour vérifier la présence d’anticorps chez le chien ; ceci permettra de faire un suivi pour les chiens exposés à la maladie de Lyme et du vers du cœur et d’informer les propriétaires de la présence probable de tiques dans leur environnement; donc de faire une prévention adéquate pour leur santé.
  • L’envoi au Laboratoire de Santé publique du Québec de toutes les tiques trouvées sur leur animal qui permettra de connaître l’espèce de la tique et si cette dernière est porteuse de la bactérie et ainsi faire le suivi si nécessaire.
  • Si votre chien a déjà eu des tiques ou un résultat sanguin positif; nous vous conseillons une prévention contre les tiques.

N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous et parler à une de nos technicienne pour de plus amples renseignements.

th tique